Accéder à la recherche
Logo des éditions Belfond

Parution le 15 mai 2014
360 pages



Partager cette page

Mata Hari
Anne BRAGANCE


Mata Hari, la fameuse danseuse-espionne, brisa bien des coeurs et fit couler beaucoup d'encre. Mais qui se cache vraiment derrière les voiles de cette Shéhérazade des nuits parisiennes que perdit sa passion pour les officiers en uniforme et à galons dorés ?
« Embrassez-moi vite et laissez-moi. Mettez-vous sur ma droite. Je regarderai de votre côté. Adieu. » Tels sont les derniers mots que prononça Mata Hari avant d'être livrée au peloton d'exécution dans les fossés de Vincennes, à l'aube du 15 octobre 1917.
La jeune femme fantasque née aux Pays-Bas sous le nom de Margaretha Zelle Mac Leod voyait ainsi le terme d'un parcours aventureux qui l'avait menée de pays en pays et d'homme en homme. D'esprit romanesque et sans peur, elle s'était choisi un nom d'emprunt et une carrière de « danseuse sacrée » absolument usurpés dont les résonnances exotiques séduisirent le tout-Paris mondain d'avant 1914. La grande guerre allait être l'apogée et la perte de cette créature romanesque, espionne maladroite et ingénue dont le mérite essentiel est d'avoir construit de son vivant sa propre légende. Anne Bragance déroule avec talent le roman mythique que fut sa vie, mais dont l'ultime chapitre, hélas, lui échappa.
Mettant à jour les ressorts psychologiques susceptibles d'éclairer la trajectoire étonnante de la danseuse-espionne, l'auteur fait certes dans ce livre oeuvre de biographe avec un respect absolu de la vérité, mais également de romancière avec tout le talent qu'on lui connaît.

Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Le Grand Leader et le pilote
  • Couverture de l'ouvrage L'Enfant dans la Tamise
  • Couverture de l'ouvrage Foulards et hymens
  • Couverture de l'ouvrage Cinq filles sans importance
 
Ils en parlentTout voir Les lecteurs de Babelio La lecture du livre se fait bien, quoique quelques mots sont complètement hors de mon vocabulaire. C'est ce qui a ralenti ma lecture, puis j'ai fini par sauter par dessus, m'en gardant à l'essentiel d...
Danieljean
Déposer un commentaire