Accéder à la recherche
Logo des éditions Belfond

Lire un extrait


Traduit par Anne DAMOUR
Parution le 17 mars 2016
208 pages



Partager cette page

Ils en parlent


"C'est brillant, ironique, élégant, drôle, astucieux."
Le Soir, Jean-Claude Vantroyen
" Les morales de ces dix célèbres fables façon Cunningham valent bien celles des contes de Grimm ou d'Andersen. La candeur en moins. "
Télé 7 Jours, Anne Smith
" Drôle et cruel."
Air Le Mag, Dominique Valotto
" Cunningham a l'art et la manière de renouveler le genre et de dépoussiérer ces contes universels qui ont traversé le temps et les générations. "
Apollo Magazine, Laurent Fialaix
«Célèbre depuis Les Heures (prix Pulitzer - disponible en 10/18), Michael Cunningham se livre à un exercice amusant en revisitant les contes de fées de notre enfance. Que se passe-t-il après que le mot fin a mis un terme, de la manière la plus heureuse, aux aventures du prince charmant et de la belle princesse ? L'ennui qui menace tous les couples ne va-t-il pas s'abattre sur eux, surtout s'ils doivent élever une flopée de marmots ? La Belle peut-elle rester fidèle à la Bête ? Comment vont-ils vieillir l'un près de l'autre ? Pourtant, tous ces personnages ont été heureux à un moment de leur histoire, une fois la peur vaincue. Les contes sont des histoires rituelles, mais cela n'empêche pas la nostalgie d'habiter les héros. « Ils vécurent heureux... » : cette formule qui verrouille leur vie s'oppose au : « Il était une fois », ce temps hors du temps où tout était possible. Michael Cunningham nous livre dix contes à la fois roses et cruels, sucrés et acides, illustrés par les dessins de Yuko Shimizu qui révèlent l'envers du décor.»
Librairie Lire en Majuscule - Sarlat la Canéda - 24, Jean-Luc Aubarbier
« Des réécritures brillantes d'élégance et d'ironie, dans lesquelles Michael Cunningham parvient à renouveler cette fascination que dix contes universels et cultes exercent sur nous depuis des siècles. »
Publishers Weekly
Publishers Weekly
« Dans ce recueil où l'enchantement laisse place à l'humanité, les vilains petits canards ne deviennent pas tous des cygnes et derrière chaque crapaud ne se cache pas un prince charmant. Et d'après Michael Cunningham, sans doute est-ce bien mieux ainsi. »
The New York Times
« Michael Cunningham joue avec brio avec les thèmes cruels et parfois sanglants qui caractérisent les contes. Mais à l'inverse des frères Grimm, il ose se dévoiler dans des récits certes sombres mais toujours emplis de compassion. »
Kirkus Reviews

Du même auteur


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Birthday girl
  • Couverture de l'ouvrage La Symphonie du hasard - Livre 1
  • Couverture de l'ouvrage Les Cendres d'Angela (N. éd.)
  • Couverture de l'ouvrage Max et la grande illusion