Accéder à la recherche
Logo des éditions Belfond

Lire un extrait


Traduit par Pierre FURLAN
Parution le 23 août 2012
480 pages



Partager cette page

Printemps barbare
Hector TOBAR


Quand une petite domestique mexicaine sans papiers fait dérailler la belle machine américaine...
Dans la veine du Bûcher des vanités de Tom Wolfe ou de La Gifle de Christos Tsiolkas, un roman coup de poing, une dénonciation sans ambages des pires travers d'une société bien-pensante et une vision de Los Angeles très loin des clichés hollywoodiens.
Stupéfiant d'acuité et d'imagination, un roman coup de poing, porté par une plume corrosive et un humour mordant. Qualifiée par la critique de Bûcher des vanités pour le XXIe siècle, une oeuvre engagée, une radiographie lucide et féroce de nos sociétés paranoïaques, gangrenées par l'indifférence, l'incompréhension et le repli sur soi.

Quand elle était jeune fille au Mexique, Araceli Ramírez voulait être une artiste. Au lieu de ça, la voici cuisinière dans la luxueuse villa de bobos californiens. Cuisinière, mais aussi femme de ménage et baby-sitter ! C'est que la crise est passée par là, forçant les Torres-Thompson à dire adiós à leur bataillon de domestiques latinos.

Aujourd'hui justement, Araceli est inquiète. Cela fait maintenant quatre jours qu'el señor et la señora ont quitté la maison après une dispute, la laissant seule avec les deux petits garçons. Que faire ? Prendre son courage à deux mains et tenter l'aventure dans la jungle de Los Angeles, à la recherche d'un hypothétique grand-père dont elle ignore jusqu'à l'adresse.

Mais l'expédition tourne au cauchemar. Perdue dans une ville hostile, accusée de kidnapping par des parents fautifs et affolés, Araceli va découvrir le sort cruel réservé aux barbares, ceux qui ont eu le tort de croire à l'American dream...

Du même auteur


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Felix Funicello et le miracle des nichons
  • Couverture de l'ouvrage La Tentation d'être heureux
  • Couverture de l'ouvrage Yaak Valley, Montana
  • Couverture de l'ouvrage Voici venir les rêveurs