Accéder à la recherche
Logo des éditions Belfond

Traduit par Anne-Sylvie HOMASSEL
Parution le 15 septembre 2016
500 pages



Partager cette page

Un enfant de sang chrétien
Edmund LEVIN


C'est un plaisir rare que cette brillante reconstitution historique doublée d'un polar haletant qui remet en lumière une histoire infamante trop longtemps occultée, une effroyable injustice, dont il est important de prendre conscience : l'affaire Beilis – l'affaire Dreyfus de la Russie tsariste.
Simon Sebag Montefiore, auteur des Romanov, 1613-1918
Un jour de mars 1911, le cadavre d'un garçon est retrouvé dans une grotte d'un quartier déshérité de Kiev. L'enfant est à demi nu, son corps est lardé de 47 coups de couteau.

L'Ukraine étant alors intégrée à la Russie tsariste, sa population juive est soumise aux mêmes règles de ségrégation et les pogroms sont légion. Le meurtre du garçon va réveiller une vieille superstition antisémite, celle des sacrifices rituels d'enfants chrétiens.
Reste à désigner un coupable, ce sera Mendel Beilis. Ce père de cinq enfants, ouvrier à la briqueterie voisine, mène une vie paisible et discrète. Mais il est juif.

Un simulacre de procès commence. Mais, contre toute attente, l'affaire Beilis va connaître un retentissement extraordinaire, mobilisant bientôt tout ce que le monde compte de Lumières, de Thomas Mann à H.G. Wells, en passant par l'archevêque de Canterbury, sir Arthur Conan Doyle ou Anatole France.

Et pendant que l'affaire Beilis enflamme l'Europe, dans l'ombre, Vera Tcheberyak, redoutable chef de gang, jubile, ravie de voir l'attention de l'opinion se détourner de ses propres activités sanguinaires...

Un document exceptionnel qui nous éclaire encore une fois sur les barrières que l'ignorance et le fanatisme dressent entre les hommes.


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Vaut-il mieux être toute petite ou abandonné à la naissance ?
  • Couverture de l'ouvrage Dog Médecine
  • Couverture de l'ouvrage Gun baby gun
  • Couverture de l'ouvrage Toutes ces grandes questions sans réponse