Belfond Nouveautés Domaine Français Littérature étrangere Le coin des libraires Jeux & concours Foreign rights
Inscrivez vous a nos newsletters
Catalogue numérique
Emmanuelle ou la renaissance d’un genre nouveau
Belfond vous invite à relire les romans érotiques d’Emmanuelle Arsan. Emmanuelle : immortalisée par des livres et des films, c’est l’héroïne dont le nom fait aujourd’hui encore vibrer des millions de personnes dans le monde entier. Emmanuelle incarne la liberté sexuelle, la découverte d’un érotisme solaire, d’un épanouissement des sens et des corps. Après elle, plus rien n’est pareil.
Icône de l’érotisme depuis la fin des années 1950, Emmanuelle mérite plus que jamais d’être redécouverte. À l’heure du mummy porn (le porno pour les mères de famille) et du mariage pour tous, elle nous raconte une aventure beaucoup plus exaltante : une sexualité libre, intelligente et heureuse… pour tous. Bref retour en arrière.

Envoyés depuis la Thaïlande, les manuscrits sont publiés en 1959 puis en 1960 par l’éditeur Éric Losfeld, sans même demander l’autorisation à l’auteur. Pour des raisons de censure, ils paraissent d’abord anonymement, sous la célèbre couverture d’une absolue sobriété qui ne mentionne qu’un mot : EMMANUELLE. Le livre est une révélation, un choc littéraire qui renverse tous les codes de l’érotisme. Et le succès est immédiat.

Avec l’édition officielle et intégrale de 1967 apparaît enfin le visage de l’auteur, la bientôt célèbre Emmanuelle Arsan – un pseudonyme parmi d’autres pour une mystérieuse et sulfureuse Thaïlandaise, épouse d’un diplomate français en poste en Thaïlande. Emmanuelle Arsan, auteur et personnage d’Emmanuelle ? Ou inspiratrice et muse de son mari, peut-être le véritable créateur d’Emmanuelle ? Autour de ces ouvrages qui fascinent et font fantasmer courent plusieurs légendes. Une chose est sûre : Emmanuelle est rapidement devenu le roman érotique culte du XXe siècle. Et ce dès sa sortie sous le manteau, puisque le premier tome s’est vendu à cinquante-sept mille exemplaires.

Pour la première fois dans l’histoire de la littérature, dans la société particulièrement rigide des années 1950, Emmanuelle propose une conception révolutionnaire de l’érotisme. Le roman met sur le devant de la scène une femme libre de toute croyance et de toute religion, libérée de tout sens moral. Une femme au service de ses émotions, de son corps et de son intelligence. Une femme qui, en repoussant les limites de sa propre féminité, invente une nouvelle façon, pour les deux sexes, de vivre la sexualité. Or, comme le faisait remarquer Jean-Jacques Pauvert dans sa présentation de l’édition de 1999 (La Musardine), Emmanuelle apportait en 1959 précisément ce que, sans le savoir, ses contemporains attendaient.

L’accueil de nombreux écrivains et artistes atteste le formidable écho reçu par le livre. Très élogieux, certains le jugent aussi superbement scandaleux qu’en leur temps les œuvres de Sade ou de Baudelaire. André Breton le signale en première page d’Arts, tandis qu’André Pieyre de Mandiargues ne tarit pas d’éloges dans La Nouvelle Revue française. Le livre, écrit-il, est marqué par le sceau d’une telle empreinte spirituelle qu’on ne peut le réduire à un simple roman érotique. Emmanuelle est à ses yeux une véritable œuvre littéraire. Il en appelle à certains épisodes charnels de Balzac ou à Lawrence Durrell, tout en jugeant que l’auteur d’Emmanuelle va plus loin que le romancier britannique : lui n’hésite pas à remettre en question les limites du couple. Surtout, cinq ans après la parution d’Histoire d’O, Emmanuelle bouleverse la tradition du roman érotique, qui restait sous l’influence de la vision sombre et transgressive de Bataille. La vision d’Emmanuelle est au contraire libérée et « optimiste, radieuse, rayonnante, à l’image d’un édifice affirmant la gloire de l’homme dégagé de la glèbe et des servitudes anciennes ».

En 1967, lors de sa parution au grand jour, Emmanuelle est saluée par Le Magazine littéraire comme un éloge à la vie heureuse ayant pour condition sine qua non la sensualité. Avec cette particularité « rare en littérature : l’érotisme d’Emmanuelle n’est pas pathologique, contrairement aux érotismes de la révolte. Il est une part capitale de la satisfaction de l’individu, qui ne se sent menacé par rien, qui se déploie dans sa consonance avec le monde : un érotisme de l’accord parfait ».

L’effet Emmanuelle se prolonge avec des films qui vont conquérir des dizaines de millions de spectateurs. Sorti en 1974, le premier Emmanuelle, réalisé par Just Jaeckin et incarné par la ravissante et inoubliable Sylvia Kristel, marque l’histoire du cinéma. Il reste un des plus importants succès du cinéma français : neuf millions de spectateurs en France, quarante-cinq millions dans le monde. La même salle des Champs-Élysées programmera le film pendant plus de dix ans pour accueillir les cars de touristes et les jeunes gens ayant enfin atteint leur majorité et pressés de découvrir celle qui les fait tant rêver : Emmanuelle.

Aujourd’hui, si l’érotisme a le vent en poupe, peut-être est-il devenu moins révolutionnaire, moins libre, et surtout moins littéraire. C’est pourquoi Belfond, éditeur de huit textes d’Emmanuelle Arsan en son temps, a tenu à rééditer six de ces fondamentaux qui ont brisé tous les grands tabous pesant sur la sexualité. En voici les deux premiers opus. Une légende du panthéon érotique renaît enfin.


Depuis sa première parution en 1959, Emmanuelle n’a donc connu que des succès. Aujourd’hui, Emmanuelle 1 et Emmanuelle 2 repartent l’aventure : elles ont déjà conquis de nouveaux éditeurs, puisqu’elles seront traduits en finnois, en russe, en hongrois, en espagnol, en italien, en allemand, en bulgare et en polonais… et plus si affinités…

C’est pourquoi Belfond poussera l’aventure plus loin, en rééditant également d’autres textes d’Emmanuelle Arsan où d’autres héroïnes incarneront à leur tour la liberté sexuelle et un érotisme solaire. Dès le mois de mai, puis au mois de juin, avec Emmanuelle au-delà d’Emmanuelle, en deux volumes regroupant chacun deux titres, vous découvrirez chaque fois une nouvelle aventure d’Emmanuelle, et celle d’un autre personnage. Vous ferez donc la connaissance de Jade, mais aussi d’Aurélie…
Liens
Pour en savoir plus :
- Emmanuelle 1
- Emmanuelle 2
Domaine Français
Littérature
Remake
Policiers
Documents / Témoignage
Histoire / Biographie
Sagas
Dossiers à la Une
Trois jours pour fêter la réouverture du cabinet de travail de Balzac, du 5 au 7 décembre
Quelques questions à Isabelle Desesquelles à propos de son roman Les hommes meurent, les femmes vieillissent, en lice pour le prix Femina 2014, 1re sélection.
Theresa Revay lauréate du prix du roman historique Historia 2014 pour L'autre rive du Bosphore
Domaine français : une rentrée littéraire sous le sceau de la quête existentielle
Hugo Boris sera aux Assises Internationales du Roman à Lyon les 19 et 20 mai 2014
Vincent Crouzet : un romancier dans une affaire d'Etat
Voir tous les dossier à la une
Suivez Belfond
Mots - Clefs
A propos de Belfond
Qui sommes-nous ? Contacts Droits étrangers Mentions légales et crédits
Suivez Belfond :
Nos sites web d'auteur
Harlan Coben Douglas Kennedy Sophie Kinsella Colum McCann Khaled Hosseini C.J. Sansom Shalom Auslander Françoise Bourdin
Nos auteurs sur 
Harlan Coben Douglas Kennedy Sophie Kinsella Haruki Murakami Françoise Bourdin
Nos sites de collection
Belfond Noir L'esprit d'ouverture Mille comédies
Les autres sites Place des éditeurs 
LITTÉRATURE
Presses de la cité
Danielle Steel (site web)
Danielle Steel (blog)
Elizabeth George
Wilbur Smith
Raymond Khoury
Ishmael Beah
Omnibus
PRATIQUE, ILLUSTRÉ, DOCUMENTS
Solar
Hors Collection
Le pré aux clercs
Acropole
TOURISME
Lonely planet
Guides France
Cheap and Chic
JEUNESSE
Hemma
Langue au chat
© Belfond 2014 - Retour haut de page